PAGE...

Dernière modification de PAGE...: 

 2014-06-08 09:00

                                                        DES  "POURQUOI"  ET DES  "PARCE QUE"
                                                                       
 ou question et réponses 

Pourquoi cette page s'appelle "PAGE..." ?
Parce que c'est un recueil de pages.
Pourquoi au singulier ?
Parce que s'il me vient une idée, j'écris une page et je la place ici, c'est alors une page.
C'est réfléchi !
Pourquoi les pages ne sont pas numérotées ?
Parce qu'un jour je les classerai par ordre de sujet, d'idées ou une autre spécificité, plutôt que par date d'écriture.
Pourquoi des pages ?
Parce que c'est un commencement. Voyez vous la suite ? Peut-être qu'il faudra un "s" à page à la place des " ...."
Pourquoi en rose ?
Parce que c'est un choix du moment, j'aurais pu tomber sur orange, violet ou....
Pourquoi je ne vous demande pas votre avis ?
Parce que je souhaite avoir beaucoup de visiteurs, avec chacun un gout différent, ce serait compliqué de satisfaire tout le monde, j'espère donc que vous serez satisfaits en rose.
Alors :
FIN des pourquoi !

 

                                                                     LA PREMIÈRE PAGE

J'ai dit que je ne numéroterai pas mes pages, mais il y en a forcément une première; alors j'explique.
En 2012 pendant trois mois en vacance en Tunisie, il ne faisait pas chaud et c'est long trois mois, alors J'écrivais les péripéties de la journée que j'envoyais à quelques personnes dont notre agente de voyage qui a bien aimé, elle m'en a redemandé en 2013 mais c'était plus difficile car au Maroc, à Agadir il faisait beau donc pas trop d'écriture. En 2014 encore moins même pas du tout ! Pour me faire pardonner, en revenant l'inspiration m'est venue et j'ai rédigé une page; c'est la première qui va rester en tête et qui s'appelle le cacatoès qui pleure. La voila donc, les autres aussi auront un titre. On m'a déjà dit que je devrais écrire un livre, merci, c'est facile d'écrire bien ou mal, mais être édité est une autre paire de manche comme les élections d'avril 2014 au Québec, il y en a qui auraient dû être élus et d'autre non. Je garde donc en réserve une page qui s'appellera DÉMOCRATIE. En attendant je me contente de publier mes conneries sur mon site web, autrement dit je m'élis ou je m'édite.
 Profitant de la flexibilité du Web, j'ai décidé de garder en réserve des modifications de deux types :
1- corriger des fautes ou des faussetés, sans rien dire
2- censurer des mots ou des phrases comme  merde  ceci
3- ajouter des mots, des phrases et même des paragraphes en écrivant de couleurs différentes dans l'ordre : premier ajout, deuxième ajout, troisième ajout ... et c'est tout, on passe à autre chose !
 premier ajout...eh oui il sera ici et de cette couleur..

 

                                                                     LE CACATOÈS QUI PLEURE

De l’hôtel Pick Albatros à Agadir, pour aller à la plage ou sur la magnifique corniche en cinq minutes, il faut descendre les 77 marches traversant les bungalows de l’hôtel qui s’échelonnent sur trois niveaux. Pour remonter nous empruntons généralement la rue qui longe la vallée des oiseaux et après être passé sous le boulevard Mohamed V, il y a un escalier de 19 marches pour rejoindre le niveau du boulevard en face de l’entrée de l’Albatros ; mais cette fois nous avons remonté la vallée des oiseaux pour prendre ma photo annuelle sous le boulevard devant la cascade artificiel.

En 2011 la photo était tellement bien réussie que j’aurais voulu la garder plus longtemps pour m’identifier sur le Web, mais je trouve que les vieux et les vielles qui gardent de vieilles photos de quand ils ou elles étaient jeunes sont mal honnêtes, alors étant honnête, je change ma photo prise tous les ans au même endroit.

Après la photo il y a la cage des cacatoès. C’est la vallée des oiseaux mais ils ne volent pas tous ! En effet les mouflons les chèvres les tortues… sont de drôles d’oiseaux mais c’est plus poétique de dire vallée des oiseaux plutôt que zoo. Les cacatoès aiment se montrer alors devant la cage je leur ai dit : « montrez-vous ! » Le premier sorti de la boite en bois est tout déplumé, le ventre à l’air, il se lamente, son cri n’a pas du tout l’exubérance d’un tel oiseau normal, il pleure, on devine nettement qu’il souffre ; chaque son est prolongé comme un gémissement, une complainte triste et pitoyable ; je n’avais jamais entendu une telle douleur exprimée de cette façon.

Trois semaines plus tard j’y pense encore, j’ai été traumatisé par la vue mais surtout par le discours, dans sa langue, de cet animal blessé ou malade, je n’en sais rien et je me demandais pourquoi il n’y a pas un vétérinaire à son chevet. 

 Un autre congénère sort à son tour, lui tout pimpant avec son beau plumage blanc, aussi tôt sorti sur une branche voisine, nous fait une démonstration percutante de son expression vocale. Ça c’est un cacatoès !

L’autre aussi mais dans un piteux état. Est-ce le fringant compagnon qui le martyrise, est-ce une maladie que les soigneurs ne savent pas soigner ? Est-ce contagieux ? Je ne crois pas puisque dans la même cage il y a un malade et un sain et tout près une autre cage avec deux magnifiques perroquets au plumage coloré, des cousins.

L’autruche vers la sortie n’est pas atteinte non plus car elle est en plâtre, grandeur nature.

Alors c’est simple j’ai trouvé la réponse sur internet ; cet oiseau est malade il est atteint du « picage »et c’est psychologique, un peu comme quelqu’un qui se ronge les ongles. Ce serait trop long à vulgariser, je n’aime pas copier alors faites comme moi naviguez

 

                                                                             CLIN D' ŒIL
                                                                             En attendant l'inspiration pour la page suivante

Mon médecin m'a recommandé de faire de l'exercice, je le savais moi aussi je me le recommande depuis longtemps, aussi je marche au moins quatre fois par semaine suivant la température et c'est de plus en plus dur, surtout le premier et le dernier kilomètre (j'en fais deux). Ces derniers temps il a plu et neigé très souvent. cette semaine  j'ai commencé à faire du vélo, mais à mon âge il faut y aller mollo, il ne faut surtout pas faire d'excès ce qui veut dire que je ne vais pas trop loin pour être capable de revenir. Je suis un homme sage.
Si vous ne me croyais pas regardez la photo de l'athlète en cliquant sur le bouton  et donnez vos commentaires avec le formulaire que je serai le seul à voir tant que je n'aurai pas de vrai livre d'or

 

                                                                        TO BE OR NOT TO BE

Telle est la question. Eh bien ce matin je me la suis posée en prenant mon café devant la télé. Je me sens bien, simplement parce que je me pose la question, pas mal nulle part, le vrai standard de la vie car pendant des années on ne réfléchis même pas, notre corps n'existe pas, c'est l'environnement qui compte (je ne développe pas). De temps en temps durant la vie il arrive qu'un petit bobo ou un grand nous fasse réaliser qu’au-delà de la pensée il y a un support matériel, une charpente solide qui répond généralement à la demande. De plus en plus avec les années la nature entre en action ce qui amène les gens à nommer les personnes âgées des "T'as mal où". Déjà les personnes âgées étant donné que j'en suis, je les appelle des personnes usagées, je peux me le permettre. Plus on avance dans la vie plus on recule, moins on regarde devant et plus on se souvient sauf quand on perd la mémoire ; je m'amuse à dire que je ne me souviens plus si j’ai déjà eu de la mémoire.

Ça ce n'est pas le sujet, je parle ici de la sensation d'exister à cause des douleurs de plus en plus fréquentes, n'importe où n'importe quand, qui nous rappellent notre existence. Avant d’avoir mal ici mal là tout va comme sur un nuage et là je pense à mon père qui me disait que peut-être qu’on n’existe pas et qu’on est seulement un rêve. Je ne sais pas s’il avait lu cette théorie quelque par ou si c’était de lui, si tel est le cas alors bravo papa, mais ça me dépasse bien au dessus de la tête, je n’arrive pas à figurer la situation c'est trop abstrait pour moi.
On rêve mais on n’existe pas alors quoi ?
Est-ce que Dieu a des bobos ?
 

.  

 

                                                                             LA DÉMOCRATIE

La démocratie est une forme de gouvernement dont la souveraineté émane du peuple, Larousse de poche. Ce qui veut dire que c’est comme aux jeux de société du genre jeu de l’oie, on choisit un pion et ce sont les dés qui décident du déroulement, plus personne ne peut intervenir. Au jeu d’échec il y a les blancs et les noirs, ils ont chacun un aspirant Roi, il y a des pions, les sous fifres, et d’autres qui aspirent à un privilège ; le but est de mettre le Roi en échec car il n’en faut qu’un, alors c’est une bataille féroce et au départ c’est généralement celui qui avait des dés pipés qui gagne, sauf quand c’est votre couleur préférée car elle est intègre, après c’est un match à finir.

Plus concrètement la partie se déroule en cent vingt-sept manches au Québec par exemple, mais c’est similaire partout. On appelle ça des comtés, et ils sont tous déférents sauf ceux qui sont pareils. Ceux qui sont identiques ont une couleur, par exemple rouge, et peu importe le pion que vous choisissez, il faut qu’il soit rouge. Exemple d’un conté rouge qui peut avoir une sous couleur adjacente  jaune : un pion ou une pionne, (on continu au masculin) qui a gagné le jeu pendant dix ans, mais a eu un différent de taille avec son futur roi et a choisi sa propre couleur, genre rouge mais avec une étoile chérifienne verte, contrairement à la logique a été largement battu. Ce qui prouve que dans les comtés immuables, très souvent avec une sous couleur identitaire, on pourrait présenter un porc et il arriverait premier.

Par contre quand un aspirant Roi rouge se présente dans un comté bleu, la population dit bêtement « vive le Roi »J’en conclu que d’une part une population endoctrinée reste bornée alors qu’une région normale fait un choix démocratique, sauf que quand je vois une journaliste qui la veille du vote ne sait pas encore pour qui elle va voter, je me dit que j’ai raison de dire que la démocratie est un coup de dé, et par conséquent une absurdité.

Il faut faire un choix éclairé et dans l’incapacité de raisonner, s’abstenir tout simplement. Il n’est surtout pas logique de choisir un Roi blanc ou noir mais plutôt le but à atteindre. Dans les années 60 il y avait rouge et bleu, maintenant il y a aussi bleu plus pale, pale d’ailleurs, et d’autres couleurs marginales, ça c’est démocratique car c’est souvent des options différentes.

Loin de moi l’idée de présenter un modèle idéal car dans mon plan peu de gens auraient le droit de vote et je n’en dit pas plus pour le moment.


 

                           PENSÉES - DÉFINITIONS ET RÉPONSES À DES QUESTIONS NON POSÉES
                                                                       
 à citer si ça vous plait
Cette page est la plus courte de toutes les pages de "Page..." car elle commence avec une pensée et va je l'espère se prolonger pour devenir la plus longe, sauf si la critique est mauvaise et que dans ce cas je la supprime pour garder toutes mes pensées sans rien dire.

La mémoire 24 mai 2014
La mémoire a deux facultés, se souvenir et oublier
La rancune
C'est avoir trop de mémoire et ne pas savoir pardonner

Réponse à des questions ... (Grâce à ... / à cause de ...)                                                                                                     L’ambigüité courante pour l’emploi du mot grâce ou à cause par des exemples : Je dis que j’ai mal aux jambes en prenant ma marche à cause de mon surpoids et je perds du poids grâce à mes marches. Certains disent que grâce à l’élection du parti libéral en avril 2014 il n’y aura pas de référendum sur la souveraineté, d’autres disent à cause de l’élection … Pour que tout le monde soit d’accord il faut dire : Conséquemment à l’élection …Une recette de cuisine est excellente ou manquée soit à cause soit grâce à une épice.

Pour enrichir cette page, ou d’autres, je lance un appel à tous, Suggérer un exemple (signé) et je publierai !


 

JE DÉTESTE

Les gens qui jettent n’importe quoi n’importe où comme le cochon que j’ai vu jeter sa facture d’épicerie par terre en passant devant une poubelle, les jeunes en auto qui jettent un journal par la fenêtre; ou ceux qui jettent n’importe quoi en auto et tous ceux que je ne vois pas souiller la nature, les cours d’eau, la mer, l’air etc.

Les conducteurs qui ne savent pas ce qu’est un cédez ou qui ne le respectent pas, ceux qui passent sur la rouge, ceux qui font du slalom etc. etc. Souvent ils n’ont plus de permis : Exemple les ivrognes arrêtés plusieurs fois en état d’ébriété ça c’est le comble. Et que dire de ceux qui tournent quand la flèche verte indique tout droit ? Ça m’énerve mais moins qu’autre chose, Par contre les piétons qui trainent la patte quand c’est aux autos de passer et pas à eux, ça je déteste. Et quand je suis piéton et que les automobilistes ne font pas leur stop, je les fusille du regard, par contre s’ils ralentissent près à s’arrêter et que je vois qu’ils ont le temps, je leur fais signe de passer. En règle générale toutes les infractions au code de la route surtout quand c’est par ignorance.

Les gens qui vous bousculent pour passer avant vous quand vous ouvrez une porte. Surtout à Brossard et maintenant aussi à Longueuil. Dans la même catégorie il y ceux qui ne font pas la file d’attente.

Ceux qui au super marché se stationnent à reculons et quand ils arrivent avec leur chariot, passent entre les autos en éraflant les voisins, alors que c'est plus facile de se ranger de l'avant pour avoir accès au coffre et aussi de reculer dans un espace vide. Mon fils aîné fait ça mais je l'aime quand même.

Les trempettes ! Ceux qui trempent plusieurs fois après avoir mordu dans la crudité et qui ne savent pas éduquer leurs enfants.

Et d’autres à venir à mesure que mes nerfs vont s’irriter.  

 

À SUIVRE